Un pays : Le Niger

Le dernier rapport sur le développement humain (2014) publié par le Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) place le Niger en dernier sur une liste de 187 pays.

Près de 44% des 17 millions de Nigériens disposent de moins de 1,25 dollar par jour pour subsister. 89,8% vivent dans une extrême pauvreté multidimensionnelle, c’est-à-dire privés des droits le plus basiques pour une vie digne comme l’éducation ou la santé.

L’espérance de vie est de 58,4 ans, mais plus d’un enfant sur dix n’atteint pas l’âge de 5 ans. La malnutrition touche environ 44% des enfants de moins de 5 ans. Il y a à peine un médecin en moyenne pour 50 000 habitants. Le taux d’alphabétisation varie entre 28,7% pour les adultes et 36,5% pour les jeunes (entre 15 et 24 ans). Près de la moitié de la population a moins de 15 ans, ce qui pose d’énormes défis pour l’avenir du pays.

La vulnérabilité touche davantage le milieu rural, où habite 83% de la population. Seuls 39,5% des ménages en milieu rural ont accès à l’eau potable et à peine 3% à l’électricité.

Les Touaregs et le Ténéré : histoire d’un peuple et de son fragile environnement

Les touaregs sont indissociables de leur environnement saharien, qui s’étend du Maghreb aux rivages sahéliens. Le Sahara ou Tenéré est une terre aride, où le vent souffle sur un monde minéral. C’est dans cet environnement aride que les touaregs nomadisent à la recherche de pâturages et d’eau.

Le Sahara, s’étend sur 8 millions de km2, près de 15 fois la France, de l’océan Atlantique à la mer Rouge sur plus de 5000 km. Il représente un quart du continent africain et offre de nombreux paysages. En effet, le Sahara, qui signifie désert en arabe, est modelé tour à tour par de grands massifs dunaires : les ergs, de vastes plateaux; les hamadas, des plaines caillouteuses; les regs, et de grands massifs de montagnes déchirées pouvant atteindre les 3000 mètres.

Ces reliefs d’une fascinante sévérité sont parsemés toutefois de chapelets d’oasis qui protègent leurs jardins et témoignent d’un paradis perdu

Le désert, terre des nomades et agriculteurs Touaregs

Dans le nord du Niger, région d’Agadez, une population sédentaire habite ces petits jardins précieusement entretenus, et de nombreux nomades parcourent les grands espaces, reliant les villes entre elles par les caravanes commerçantes, ou amenant leurs troupeaux de pâturages en pâturages à la recherche d’herbe, de puits ou de vallées plus humides. Les transhumances sont bien souvent périodiques, elles suivent les saisons et sont nécessaires au fragile équilibre saharien.

Depuis une cinquantaine d’années, les populations touaregs du massif  de l’Aïr, dans la région d’Agadez, ont commencé à s’installer autour de petites exploitations agricoles à la suite des grandes sécheresses qui ont décimé leurs troupeaux et les ont obligés en partie à abandonner la vie nomade traditionnelle. Pour survivre, ils essayent de s’adapter à un mode de vie sédentarisé, non sans difficultés,  vu le manque de formation, de structures d’appui, de moyens matériels pour exploiter les cultures de façon durable ou d’accéder à l’eau malgré les réserves importantes dans le sous-sol. Ils doivent faire face à l’isolement et aux conditions extrêmes de vie sans accès à l’eau potable, à l’éducation ou à la santé.